L’arthrose : tout savoir

L’arthrose constitue un véritable problème de santé publique en France. C’est la pathologie articulaire la plus répandue, devant la goutte, les arthrites infectieuses ou encore la polyarthrite infectieuse. Si l’arthrose a longtemps été considérée comme une fatalité du vieillissement caractérisée par la perte progressive du cartilage, il s’agit en réalité d’une pathologie de l’articulation à part entière, active et inflammatoire, et principale cause de morbidité dans les pays développés.

L’arthrose entraine douleur, raideur articulaire, invalidité partielle ou totale pouvant affecter l’ergonomie du patient ainsi que sa qualité de vie. La prise en charge d’un patient arthrosique repose en premier lieu sur la mise en place de mesures hygiène-diétitiques (perte de poids, alimentation, exercice physique …) associé à des traitements pharmacologiques et non pharmacologiques comme l’ostéopathie.

L’ostéopathie va donc permettre, en parallèle, de réduire la douleur, le handicap, et tenter de freiner la progression des lésions et tensions structurales sur l’articulation affectée.

arthrose

Quelques chiffres clefs sur l’arthrose

  • 9 à 10 millions de Français souffre de cette pathologie
  • 1ère cause de consultations après les maladies cardio-vasculaires dans les pays développés
  • l’arthrose apparait après 40 ans et se généralise après 65 ans
  • 80% des patients arthritiques ont plus de 50 ans
  • les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes
  • les articulations les + touchées : cervicales et lombaires (70-75%), genou (40%), pouce (30%), hanche et cheville (10%) et épaule (2%)

 

Rappel sur la physiologie d’une articulation

Une articulation est composée de deux extrémités osseuses recouvertes de cartilage. C’est grâce à ce cartilage que les deux os vont pouvoir glisser l’un sur l’autre et ainsi assurer la mobilité de l’articulation. La stabilité de l’articulation est assurée par une capsule dont la partie interne est tapissée par une membrane, la membrane synoviale. Cette dernière va sécréter un liquide articulaire appelé liquide synovial qui « lubrifie » l’articulation et apporte les éléments nutritifs au cartilage. Les muscles, par l’intermédiaire de leurs tendons, s’insèrent sur la capsule et sur l’os péri-articulaire. Ils assurent la stabilité et la mobilité de l’articulation.

arthrose

Le cartilage articulaire joue donc un rôle primordial dans le bon fonctionnement de l’articulation. Il s’agit d’un tissu complexe, d’une épaisseur de 2 à 5 mm, dont la fonction est double :

  • Assurer le glissement des extrémités osseuses l’une sur l’autre lors des mouvements
  • Assurer l’amortissement et la répartition des charges afin de réduire les contraintes mécaniques imposées à l’articulation

 

Comment l’arthrose se développe-t-elle ?

Au cours du processus arthritique, il existe au niveau cellulaire une rupture de l’équilibre anabolisme/ catabolisme au profit du catabolisme. Il en résulte localement un environnement inflammatoire à bas bruit sur fond de stress oxydant qui va entretenir le déséquilibre et aggraver les lésions cartilagineuses.

arthrose

Au niveau tissulaire, le cartilage arthrosique, passe par différents stades : il se ramollit, perd de son intégrité, s’altère, se fissure en superficie puis en profondeur, entrainant son amincissement voire sa disparition avec mise à nu de l’os sous-chondral.

Toutes ces modifications qualitatives et quantitatives de la matrice extracellulaire diminuent les capacités de résistance du cartilage aux forces auxquelles il est soumis. L’atteinte osseuse par trouble du métabolisme osseux et par hyper pression (cas des articulations portantes) se manifeste par une condensation sous-chondrale. Celle ci contribue à aggraver la mauvaise absorption des chocs. Des ostéophytes (excroissances osseuses à la surface des os dues aux tentatives de réparation cartilagineuse par sécrétion de facteurs de croissance) au niveau des jonctions capsulosynoviales. Plus tardivement, des géodes intra-osseuses (cavités anormales) peuvent apparaître. Les réactions inflammatoires aiguës de la synovie peuvent se traduire par un épanchement intra-articulaire.

 

Les causes de l’arthrose

La dégénérescence arthrosique est due à une hyperpression sur l’articulation et donc sur le cartilage. Deux cas de figures existent :

  • Cet excès de pression s’exerce sur un cartilage normal (arthrose dites mécaniques). En conséquence, ce cartilage ne peut plus assurer cette hyperpression absolue. Il finit donc par dégénèrer et l’arthrose s’installe.
  • La pression est normale mais elle s’exerce sur un cartilage fragile (arthroses dites structurales). Il y a donc pour ce cartilage moins résistant que la normale, une pression devenant trop important (hyperpression relative). Le cartilage va donc se dégénèrer vers l’arthrose.

Ces deux mécanismes peuvent s’associer chez une même personne.

Néanmoins, les causes de l’arthrose ne sont pas encore parfaitement identifiées. Voici dans le tableau ci-dessous les principaux facteurs de risque connus.

Age Dysplasie
Sexe Malposition
Prédisposition génétique Surpoids/ Obésité
Traumatismes articulaires Maladies inflammatoires

L’Ostéopathie joue un rôle essentiel dans la prise en charge de l’arthrose. En effet, cette discipline permet par des techniques douces de rééquilibrer l’ensemble du corps afin de limiter les pressions sur les articulations souffrantes. Dans le prochain article, Sylvain Pruvot Ostéopathe DO vous explique donc son rôle bénéfique dans la prise en charge de votre arthrose.

PRENDRE RDV – CABINET PARIS 16 PRENDRE RDV – DOMICILE