Syndrome de l’essuie glace

Vous ressentez des douleurs récurrentes sur la partie latérale de votre genou lorsque vous faites votre jogging ou entrainement ? Vous souffrez peut-être d’un syndrome de l’essuie glace !

Le syndrome de la bandelette ilio-tibiale, appelé encore syndrome de l’essuie glace, est la conséquence d’un conflit entre le tendon du muscle fascia lata et la face latérale du condyle fémoral externe lors des mouvements de flexion/extension du genou. Ces frottements répétés entrainent alors une tendinopathie de la bandelette ilii-tibiale. Ils peuvent aussi s’accompagner d’une inflammation locale de la bourse séreuse, appelé bursite.

La mécanique de ce conflit explique que l’on retrouve ce syndrome surtout chez les coureurs de fond (joggeur, marathonien) et parfois chez les cyclistes, notamment chez les patients ayant un morphotype en genu varum.

syndrome de l'essuie glace

 

Rappel anatomique du muscle tenseur du fascia lata

C’est un muscle du bassin qui descend dans la cuisse sur sa face externe et vient se terminer sur le tibia. Il a la particularité d’être plus tendineux que musculaire. Son tendon ou tractus ilio tibial est en fait une densification de la gaine entourant les muscles de la cuisse. Il est très dense et presque inextensible. Ce muscle ne présente pas une grande puissance, mais il permet au corps d’optimiser la posture debout.

syndrome de l'essuie glace

 

Généralités sur le syndrome de l’essuie glace

Le patient va généralement consulter pour une douleur de la face externe du genou. De plus, il nous dira que sa douleur se reproduit sur des mouvement répétitifs de flexion/extension. Les personnes souffrant de ce syndrome sont assez sportives et pratiquent le plus souvent la course à pied, le cyclisme ou le football.

La douleur peut donc survenir :

  • lors de changements brutaux d’entrainements (augmentation du nombre de kilomètres pour la course à pied, etc.)
  • un matériel mal réglé (vélo) ou trop usagé (chaussures)

Le syndrome de l’essuie glace est particulièrement plus fréquente quand le patient présente :

  • un Genu varum genuvalgum_varum2-1
  • une rotation interne du fémur sur le tibia
  • une forte inégalité de longueur des membres inférieurs
  • un pied en supination (pied qui parait avoir une arche très aplatie)

Les traitements classiques rééducation + semelles orthopédiques sont parfois insuffisant. En effet,  la logique thérapeutique doit être complétée par une consultation d’ostéopathie pour parfaire le plus souvent le résultat.

 

La douleur ressentie

Cette tendinopathie a la particularité d’être non douloureuse dans la plupart des activités. Elle survient souvent après quelques minutes de course à pied, à la suite des mouvements de flexion extension de genou répétés, et oblige souvent le sportif à s’arréter. La douleur diminue nettement la plupart du temps peu de temps après l’arrêt de l’effort. Dans certain cas, elle peut durer plusieurs heures ou la nuit suivant s’il existe une inflammation. Elle peut être associée à une bursite qui complique encore le traitement et necessite du repos.

 

Syndrome de l’essuie glace et Ostéopathie

En passant par dessus plusieurs articulations (hanche et genou), ce muscle est dit poly-articulaire. De ce fait, sa bonne tonicité est alors très sensible au positionnement des articulations. Un décalage des articulations du bassin, du genou ou même des pieds et du rachis peut en effet favoriser l’apparition de ce syndrome de l’essuie glace.

Votre ostéopathe DO doit donc faire un bilan complet de la posture, analyser la pratique sportive du patient et mettre en lien l’ensemble des antécédents éventuels pour déterminer quels sont les zones anatomiques déséquilibrant le corps et influençant l’apparition de ce syndrome.

Grâce aux techniques ostéopathiques, nous arrivons à rééquilibrer l’ensemble des structures, pour au final redonner au muscle tenseur du fascia lata sa tonicité et son élasticité naturelle. Les frottements sur la partie externe du genou n’ont alors plus lieu d’être et la douleur chronique disparait. Des conseils vous sont également donnés à chaque fin de séance pour vous accompagner dans votre pratique sportive et vie quotidienne.

Notre objectif principal étant que ce syndrome de l’essuie glace ne vous fasse plus souffrir rapidement.

Votre ostéopathe DO traite la cause de ce syndrome, et votre podologue et kinésithérapeute traiteront la conséquence de ce syndrome. Un travail d’équipe doit donc se faire pour que votre problème soit résolu !

De plus, la reprise des activités physiques et sportives se fera de façon progressive sur terrain plat et après vérification des chaussures de course (changement si nécessaire des chaussures usées).

 

8 astuces pour reprendre votre activité physique sans douleur

Il existe plusieurs astuces que vous pouvez essayer dès à présent. Ces conseils vous permettrons de faire à nouveau du sport, sans re déclencher ce syndrome de l’essuie glace.

  1. Evitez la douleur : la douleur est le signe que votre tendon s’abime. Si vous arrivez à faire de l’exercice sans ressentir de douleur, il y a peu de chance que vous aggraviez votre blessure. En évitant de déclencher la douleur pendant quelques semaines vous augmenterez vos chances de guérison. Le repos est donc dans un premier votre maitre mot.
  2. Diminuez la charge : si la douleur se déclare à peu près toujours au même moment, anticipez. Arrêtez quelques km avant d’avoir mal. Sachez qu’un tendon qui s’abime n’est pas douloureux immédiatement. En fait, c’est seulement à partir d’un seuil d’usure anormal qu’on ressent de la douleur. C’est la raison pour laquelle il faut savoir écouter son corps et anticiper pour ne pas dégrader la santé de ses articulations.
  3. Glacer le genou après l’effort : afin de limiter l’inflammation du tendon, glacez de manière régulière sans dépasser les 20 minutes d’application. N’appliquez jamais la glace directement sur la peau. Vous pourrez donc utiliser une serviette humide pour une meilleure répartition du froid. La glace va permettre de réduire l’inflammation et inhiber la douleur.
  4. Etirer le muscle tenseur du fascina lama (TFL) : souvent oublié dans les séances d’étirements, le TFL devrait pourtant être traité au même niveau que les quadriceps ou les ischios. En étirant le tendon du Fascia Lata vous pouvez diminuer le stress subi par votre tendon. Demander à votre ostéopathe DO de vous montrer comment l’étirer.

Conseils spécifiques aux runneurs

  1. Changer de chaussures régulièrement : l’usure de vos chaussures peut favoriser l’apparition du syndrome de l’essuie glace. Avez vous remarqué que vos chaussures s’usaient plus à l’extérieur qu’à l’intérieur (ou l’inverse) ? Quand vos chaussures sont abimées, la mécanique de la jambe devient alors est altérée. Dans le cas d’un TFL, une inclinaison de quelques degrés au niveau de la chaussure peut faire une grosse différence.
  2. Courrez sur terrain plat : dans le syndrome de l’essuie glace, la douleur n’apparaît qu’à partir d’un certain degré de flexion du genou. En limitant les dénivelés, vous éviterez ainsi de plier le genou au delà du seuil raisonnable et vous éviterez la douleur.
  3. Augmentez la charge progressivement : pour progresser, vous ne devriez jamais augmenter de plus de 10% votre charge d’entraînement hebdomadaire. Si vous courrez 10km par semaine, ne dépassez pas 11km la semaine suivante. Au delà de cette limite, vous exposez vos tendons et vos articulation à une surcharge. Les tendons progressent très lentement, contrairement aux chefs musculaires.
  4. Hydratez vous : un muscle non hydraté n’arrivera pas à chasser rapidement l’acide lactique générer par l’effort. Il entrainera donc beaucoup de tension sur le tendon. De plus, privilégier l’eau plat avant et pendant l’effort si besoin, puis une eau gazeuse riche en sels minéraux après l’effort.

 

Si vous êtes atteint d’un syndrome de l’essuie glace, si vous le suspectez, ou bien si vous ressentez certains symptômes contactez directement le 06 12 42 66 92.

Sylvain PRUVOT vous répondra dans les plus bref délais.

PRENDRE RDV – CABINET PARIS 16 PRENDRE RDV DOMICILE